Les actualités de notre association

Samedi 02 Septembre 2017Voila a quoi sert un défibrillateur

Daniela est venue remercier les sauveteurs côtiers de La Barre, à Anglet, qui ont sauvé son père, victime d’une crise cardiaque .


 


Ce mercredi-là, Daniela est arrivée telle une tornade au poste de secours de La Barre où l’attendaient le chef de poste, David, Nicolas, Thomas et Enora, jeunes sauveteurs côtiers.


Elle avait les bras chargés de cadeaux, dont des chocolats d’une maison de prestige de la Côte basque. En découvrant le visage de ces personnes, dont elle ignorait quasiment l’existence jusqu’à cette matinée du 23 août, elle s’est mise à fondre en larmes et à les embrasser spontanément.


Si son père, Jean-Michel Agnier, arbonar de 66 ans, est aujourd’hui en vie, c’est grâce à eux. Certes, il n’a pu l’accompagner pour leur exprimer sa gratitude, puisqu’il n’est sorti que lundi dernier du centre hospitalier de Bayonne, après avoir passé quatre jours en réanimation. Le sexagénaire est passé par le coma, mais s’est rétabli au point de vouloir goûter à nouveau au jogging. Ce loisir auquel il est accro et qui a manqué de lui enlever la vie.


 


« Je suis fier des sauveteurs »


 


Daniela, sa fille, raconte : « Mon père allait courir jusqu’à trois fois par semaine. Ma mère elle, marchait et le croisait régulièrement sur son parcours. Le 23 août, elle ne l’a pas croisé, s’en est inquiétée et est revenue à La Barre. Quand elle a vu un attroupement près du poste des sauveteurs, elle a vite compris… D’autant que mon père ne se sentait pas particulièrement bien le matin et pensait que son jogging serait une thérapie pour retrouver la forme. » Sur place, le scénario est tout autre. En cette fin de matinée, un Angloy attend devant les toilettes automatiques de La Barre. Au bout d’un certain temps, la porte se libère et quand il ouvre, il découvre un homme à terre, ensanglanté et inanimé.


« Il s’est rendu spontanément au poste de secours, se rappelle David, l’un des sauveteurs. Il a eu de la chance, car au bout de dix minutes, le système de déblocage des toilettes automatiques se déclenche. Avec les jeunes sauveteurs, nous l’avons aussitôt pris en charge et avons tenté, pendant une dizaine de minutes, de le réanimer à l’aide de notre défibrillateur, comme en sont équipées toutes les plages d’Anglet. Pendant ce temps, les secours ont été alertés. Nous avons réussi à le faire revenir trois fois avant qu’il ne soit évacué. Je suis fier de mes jeunes sauveteurs, car nous avons été complémentaires sur ce sauvetage. »


Daniela, franco-vénézuélienne, ajoute : « Je peux vous dire qu’au centre hospitalier, ils nous ont répété combien ce que vous avez accompli était essentiel. Ils ont mis mon père dans un coma artificiel pendant deux jours, mais il a échappé à de graves séquelles grâce à l’efficacité et la rapidité de votre travail. Il est sorti de l’hôpital. Sa priorité sera de venir vous remercier. Vous avez sauvé mon père ! »


Jean-Michel Agnier, le sexagénaire d’Arbonne, passionné de footing, va assurément désormais se convertir à la marche sur sa promenade préférée. Et n’oubliera jamais les quatre sauveteurs côtiers de La Barre qui lui ont sauvé la vie


 



Toutes les actualités