Les actualités de notre association

Mardi 05 Septembre 2017Sauver des vies en 3 temps –
Sauver des vies en 3 temps –

Des chiffres alarmants sont tombés suite à une étude Opinion Way pour la SMEREP. 45% des étudiants ne savent pas se servir d’un défibrillateur. Deux étudiants sur dix n’ont pas reçu de formation aux gestes de premiers secours. La SMEREP se déploie sur trois différentes échelles pour y remédier. 


 


Le risque de se retrouver face à une nécessité d’exercer les gestes de premiers secours est omniprésent. Selon le sondage de la SMEREP, une personne sondée sur deux est en contact, direct ou par le biais de ses proches, à une maladie chronique. De plus, croiser quelqu’un de blessé, qui s’étouffe, perd conscience ou fait un malaise cardiaque n’est pas improbable. Il devient alors primordial de connaître les gestes de premiers secours. 


 


L’information au plus près des étudiants 


 


Opinion Way déclare que 40% des lycéens et 28% des étudiants sondés n’ont jamais reçu de formations aux premiers secours. Pour venir à bout de ces lacunes, la SMEREP collabore avec les professionnels de santé travaillant au quotidien avec étudiants, lycéens et élèves.


La prévention devient alors le maître-mot des services de médecine préventive des universités et des services de santé scolaire. Un objectif commun se dessine : établir des dispositions pour informer élèves et étudiants dans le secourisme.


Garrots et points de compression, massages cardiaques, méthode Heimlich, position latérale de sécurité… Non connus de tous, ces gestes sont pourtant indispensables s’il faut sécuriser, surveiller ou agir face à un accident.


 


La pratique en direct des formations


 


L’étude de Opinion Way pour la SMEREP a révélé que 31% des étudiants et 17% des lycéens ont déjà eu à pratiquer des gestes de premier secours. De plus, quand la vie repose sur une question de temps, il est important que le premier maillon de la chaîne de secours soit en mesure d’effectuer les gestes d’urgence.


Seulement, ce premier maillon peut être n’importe qui aux alentours de l’accident. Pour sauver des vies, pour être le héros de quelqu’un, rien n’empêche de se rendre aux formations gratuites ouvertes à tous les étudiants.


Mises en place depuis un an au SMEREP Store à Saint-Michel, les formations s’appliquent à travailler sur la pratique des gestes de premiers secours. Dans différentes situations données, les participants sont plongés dans différents ateliers du programme. S’il sont en mesure de réagir en formation, il seront capables d’être le premier maillon de secours dans leur quotidien.


 


Le recours aux machines


 


La course contre la montre n’est jamais aussi primordiale qu’en cas d’arrêt cardiaque. Les 8 premières minutes qui suivent sont connues pour être cruciales quant à la survie de la victime car le corps et le cerveau cessent d’être irrigués au même moment. Le meilleur moyen de relancer le cœur reste l’usage du défibrillateur. Mais encore faut-il en avoir un à portée de main et savoir s’en servir.


Les résultats Opinion Way sont également décevants à ce niveau car 45% des étudiants et 65% des lycéens déclarent ne pas savoir manier un défibrillateur. Entre le placement des électrodes et l’impulsions des décharges, le temps ne cède aucune place à la panique.


C’est pourquoi, en plus des formations, la SMEREP s’est engagée à équiper tous ses accueils de défibrillateurs. L’objectif est de faciliter l’accès à l’appareil en cas d’urgence dans un lieu public. Que la victime soit dans la rue, dans les transports ou encore dans une salle de sport… La SMEREP accompagne les premiers secours.



Toutes les actualités