Les actualités de notre association

Lundi 25 Septembre 2017Pourquoi ne sentons-nous pas notre coeur battre ?
Pourquoi ne sentons-nous pas notre coeur battre ?


Le corps humain est truffé de neurorécepteurs. Pourtant, sauf si l’on y prête toute notre attention, nous ne sentons pas nos organes internes en fonctionnement. Des chercheurs de L’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPLF) pensent avoir percé ce mystère dans le cas du battement cardiaque.




 




Une barrière entre monde extérieur et sensations intérieures




 




Comme le fait justement remarquer Roy Salomon, chercheuse au laboratoire de neurosciences cognitives de l’EPLF, les organes internes sont là, avant même l’apparition de la conscience. Cela fait partie des conditions invariables dans lesquelles notre cerveau se développe. Que le cerveau cherche à réduire les bruits internes est d’une logique implacable : « Vous ne voulez pas que vos sensations internes interfèrent avec vos sensations externes. Vous avez plus d’intérêt à être conscient de ce qui se trouve en dehors de vous-même ».




Une équipe de chercheurs s’est lancé à la recherche de ce filtre, localisé quelque part entre les influx nerveux incessants émis par le cœur et la perception consciente. Et la découverte n’est pas une surprise : la zone de traitement entre informations internes et informations externes serait située dans le cortex insulaire. Une région du cerveau déjà connue pour l’intégration des signaux internes et leur redistribution aux processus cognitifs et émotionnels.




 



« Notre cœur influe ce que nous voyons »




Telle est la phrase de conclusion de l’expérience menée sur 150 volontaires en Suisse. Les scientifiques ont constaté que, lorsqu’une image clignote de manière synchronisée au rythme cardiaque, l’activité du cortex insulaire baisse nettement, jusqu’à provoquer une difficulté – voire une incapacité – des sujets à percevoir les formes clignotantes.




Un mécanisme qui pourrait être impliqué dans des modifications de l’état cérébral. En effet, il est connu depuis longtemps que les troubles anxieux (mais aussi les courtes périodes d’excitation ou de peur intense) peuvent induire une bonne perception des battements cardiaques. Reste à déterminer si cette perception du cœur est une cause ou une conséquence des troubles anxieux.






Toutes les actualités