Les actualités de notre association

Mercredi 27 Septembre 2017Ne pas dormir assez, le cœur menacé ?
Ne pas dormir assez, le cœur menacé ?

Un mode de vie sain passe notamment par un quota de sommeil adapté, soit entre 7h et 8h par nuit.


 Le sommeil réparateur permet notamment d’éviter les coups de fatigue journaliers, une meilleure concentration au quotidien ou encore une forme physique optimale. L’abondance de nuits trop courtes peuvent avoir des conséquences non négligeables sur notre santé … et particulièrement sur notre cœur 


 


Un sommeil perturbé pour certains métiers…


 


Une nouvelle étude, présentée dans le cadre d’un meeting de « The Radiological Society of North America (RSNA) », s’est attardée sur cette problématique. Les résultats étaient clairs : dormir trop peu est dangereux pour notre cœur


Pour arriver à cette conclusion, les chercheurs se sont penchés sur différents corps de métiers impliquant des périodes de sommeil courtes et irrégulières. Parmi ceux-ci, les individus impliqués dans l’étude étaient : des pompiers, du personnel du service des urgences et autres métiers nécessitant des cycles de travail sur 24h avec peu d’opportunités de sommeil.


Il est bien connu que le manque de sommeil peut entraîner une fatigue intense au court de la journée, des faiblesses musculaires, ou encore peut affecter les fonctions cognitives, psychologiques et émotionnelles. Les scientifiques ont alors souhaité aller plus loin et ainsi traiter des impacts sur le système cardiaque.


 

Un corps fatigué et un fonctionnement cardiaque en difficulté …


Un échantillon de 20 radiologues a fait l’objet d’analyses de plusieurs paramètres : le fonctionnement cardiaque, par la réalisation d’une Résonnance Magnétique Cardiovasculaire (RMC), la tension artérielle, des analyses sanguines et urinaires, ou encore la fréquence cardiaque.


Les résultats étaient significatifs. En effet, les candidats n’ayant bénéficié que de courtes périodes de sommeil, au regard de leur temps de travail, présentaient des indices de pression systolique (lors de la contraction du cœur) et diastolique (lors du relâchement du cœur) plus importants que la normale.


De plus, ces participants présentaient également un taux d’hormones thyroïdiennes : TSH, T3 et T4, également plus conséquent. Ces hormones étant directement liées à l’état de stress.


En ce sens, au-delà d’une diminution des performances physiques, cognitives et psychologiques, associée à un manque de sommeil, le système cardiovasculaire ne semble pas en être épargné.


Comme son nom l’indique, le sommeil réparateur est donc essentiel dans le bon fonctionnement de l’ensemble des systèmes de l’organisme !


 




Toutes les actualités