Les actualités de notre association

Vendredi 06 Octobre 2017Un carré de chocolat contre l’insuffisance cardiaque
Un carré de chocolat contre l’insuffisance cardiaque







Près d’un million de personnes vivent avec une insuffisance cardiaque en France et plus de 50 000 personnes en décèdent chaque année. Selon une récente étude suédoise, une consommation régulière et modérée de chocolat pourrait réduire la mortalité liée à cette maladie.














 














Chocolat et insuffisance cardiaque














 














L’insuffisance cardiaque touche particulièrement les personnes âgées et malgré une baisse de la mortalité grâce aux nouveaux traitements ces dernières années, elle représente toujours un enjeu de santé publique en France et dans le monde.














Le chocolat, si souvent décrié dans le cadre d’une alimentation saine et équilibrée, a fait l’objet de plusieurs études sur son lien avec le risque cardiovasculaire. Plusieurs d’entre elles ont ainsi évoqué son intérêt pour la santé du cœur et des vaisseaux sanguins :










































              • une réduction de la tension artérielle en cas de consommation modérée ou ponctuellement importante ;



































































              • une diminution de la mortalité par accidents cardiovasculaires ;



































































              • une baisse du risque d’insuffisance cardiaque après un infarctus du myocarde.









































Pour déterminer le lien possible entre la consommation de chocolat et l’insuffisance cardiaque, une équipe de chercheurs suédois a suivi une cohorte de 31 917 hommes, âgés initialement de 45 à 79 ans, entre 1998 et 2011. Leurs habitudes alimentaires, y compris la consommation de chocolat, ont été analysées grâce à un questionnaire en 96 points. Huit réponses étaient possibles, allant d’une prise ponctuelle à 3 portions par jour. Sur l’ensemble des participants, la consommation moyenne de chocolat variait entre une et trois portions par mois. Les plus gros consommateurs s’avéraient être ceux qui avaient l’apport calorique quotidien le plus élevé.














 













Un lien entre le chocolat et l’insuffisance cardiaque














Les hospitalisations et décès toutes causes confondues ou liées à l’insuffisance cardiaque ont été recensés tout au long de l’étude. Sur 14 ans, 2 157 hommes ont été touchés par l’insuffisance cardiaque, dont 1 901 hospitalisés pour ce problème et 256 en sont décédés. En comparant les consommateurs de chocolat avec ceux qui n’en mangent pas, le risque d’insuffisance cardiaque diminuait de :










































              • 12% pour ceux consommant de 1 à 3 portions par mois ;



































































              • 17% de 1 à 2 portions par semaine ;



































































              • 18% de 3 à 6 portions par semaine.










































En revanche, il augmentait de 10% pour ceux consommant plus 6 portions par semaine.














Le chocolat conférerait ainsi un effet protecteur contre l’insuffisance cardiaque, qui serait croissant jusqu’à 6 portions par semaine. Au-delà, l’effet s’inverse et le chocolat augmenterait le risque d’insuffisance cardiaque.














Ce lien entre chocolat et insuffisance cardiaque reste le même quel que soit la tension artérielle des personnes, le statut tabagique, l’indice de masse corporelle ou les autres habitudes alimentaires.














Dans cette étude, aucune question n’a été posée aux participants sur la nature du chocolat consommé. L’effet du chocolat est donc évalué dans son ensemble, sans distinguer le chocolat blanc, au lait, ou noir avec différents pourcentages de cacao. Néanmoins, les auteurs s’appuient sur les données alimentaires de consommation de cacao, qui montrent qu’en Suède, environ 90% du chocolat consommé est du chocolat au lait, contenant seulement 30% de cacao. Il serait alors intéressant de connaître les effets de la consommation de chocolat plus riche en cacao.














 













Une consommation modérée pour protéger le cœur














 














Quelle substance présente dans le chocolat exerce l’effet protecteur contre l’insuffisance cardiaque ? Les auteurs de l’étude mettent en avant les flavonoïdes présents dans le cacao. Mais d’autres substances pourraient également intervenir.














A savoir ! Les flavonoïdes sont des pigments qui assurent la coloration des fleurs et des fruits de nombreuses plantes, dont le cacao. De couleur rouge à violet en passant par le jaune, ils offrent au monde végétal une large palette de couleurs et se retrouvent dans les fruits et les légumes de notre alimentation. De nombreuses études ont suggéré les bienfaits de ces composés sur la santé humaine, notamment dans le risque cardiovasculaire et le cancer.














Des études complémentaires sont désormais nécessaires pour évaluer l’effet du chocolat sur l’insuffisance cardiaque chez les femmes, population tout aussi concernée par cette pathologie. De même, la quantité optimale à consommer devrait être définie, car les portions de chocolat évoquées ne sont pas clairement quantifiées. Enfin, il serait intéressant de déterminer quelles substances contenues dans le cacao sont à l’origine des effets observés et par quels mécanismes elles agissent contre l’insuffisance cardiaque.














 














Le cacao, consommé régulièrement mais modérément, pourrait protéger les hommes contre l’insuffisance cardiaque et ses risques mortels. Au-delà d’une portion de chocolat par jour, cet effet protecteur deviendrait néfaste. Un carré de chocolat par jour pour protéger le cœur, une prévention à la portée de tous !











Toutes les actualités