Les actualités de notre association

Mardi 24 Octobre 2017Après une crise cardiaque, et si on se mettait au taï-chi ?
Après une crise cardiaque, et si on se mettait au taï-chi ?

D'après une nouvelle étude américaine, le taï-chi serait une alternative efficace à la rééducation cardiaque après un infarctus du myocarde.


 




Chaque année, 120 000 crises cardiaques ont lieu en France : le taux de mortalité au bout d'un an est d'environ 15 %. La crise cardiaque (aussi appelée infarctus du myocarde) survient à cause de l'obstruction d'une artère qui alimente le cœur : privées d'oxygène, les cellules musculaires meurent rapidement sur une zone plus ou moins étendue et cela entraîne des problèmes de contraction du muscle, se manifestant par des troubles du rythme, une insuffisance cardiaque, voire l'arrêt du cœur.




En France, moins d'un patient sur 4 (22,7 %) bénéficie d'une rééducation du muscle cardiaque après son infarctus : ils sont même moins de 12 % après 75 ans et 2,3 % seulement après 85 ans.




Bonne nouvelle : d'après une nouvelle étude menée par la Brown University (aux États-Unis) et coordonnée par la American Heart Association, pratiquer le taï-chi après un infarctus du myocarde pourrait constituer une alternative efficace à la rééducation cardiaque.




Pour en arriver à cette conclusion, les chercheurs américains ont travaillé avec 29 volontaires (8 hommes, 21 femmes dont l'âge moyen était de 67,9 ans) ayant subi une maladie cardiaque et/ou un infarctus du myocarde.




Une gymnastique douce qui renforce le cœur




Verdict ? Les scientifiques ont constaté que le taï-chi (pratiqué 2 fois par semaine durant 12 semaines) était d'abord sans risque pour les participants, à l'exception de quelques douleurs musculaires sans gravité. Par ailleurs, cette activité physique augmentait sensiblement le taux d'activité physique des participants, les protégeant ainsi contre de futurs troubles cardiaques liés à la sédentarité.




« Bien entendu, la pratique du taï-chi n'est qu'une alternative à la rééducation cardiaque, donc l'efficacité reste supérieure, analysent les chercheurs, qui ont publié leurs travaux dans la revue spécialisée Journal of the American Heart Association. En outre, après un infarctus du myocarde, un régime alimentaire équilibré et une éducation aux facteurs de risques sont indispensables. »




D'origine chinoise, le taï-chi est une gymnastique douce à mi-chemin entre les arts martiaux et la méditation : avec ses mouvements lents et précis, il combat le stress et améliore la souplesse, la digestion et la respiration. Le taï-chi, il a tout bon !




Toutes les actualités