Les actualités de notre association

Dimanche 10 Décembre 2017La marche, une activité à éviter en cas de pollution
La marche, une activité à éviter en cas de pollution

Un environnement pollué et la marche ne font pas bon ménage, selon une nouvelle étude parue dans The Lancet. La pollution de l'air augmente le risque d'endommager les artères des personnes âgées.



Les bienfaits de la marche sur la santé sont démontrés. La pratique est d'ailleurs recommandée par les médecins car elle entretient la santé cardiovasculaire et respiratoire... A une exception près. Une nouvelle étude parue dans The Lancet démontre que ces bénéfices sont balayés en cas d'air pollué. Pire, l'exercice mettrait à mal les poumons des personnes âgées.





Kian Fan Chung, auteur principal de l'étude et chercheur à l'Institut national du cœur et des poumons à l'Imperial College de Londres, a analysé l'impact des particules fines et des autres polluants atmosphériques présents dans l'air des grandes villes sur un panel de 119 Londoniens âgés de plus de 60 ans. Parmi les participants, 40 étaient en bonne santé, 40 présentaient une Broncho Pneumopathie Chronique Obstructive (BPCO, une maladie pulmonaire chronique progressive) et 39 avaient une cardiopathie ischémique stable (une maladie coronarienne due à une insuffisance des apports en oxygène au muscle cardiaque).


Les volontaires qui ont accepté de ne pas fumer pendant douze mois pour ne pas biaiser les résultats ont été invités à marcher deux heures le long d'Oxford Street, un des endroits les plus pollués du Royaume-Uni, ou au Hyde Park, considéré comme le "poumon vert" de Londres.


Pour l'étude, les niveaux de pollution atmosphérique ont été surveillés avant et pendant la marche. La capacité pulmonaire et la rigidité artérielle de chaque participant ont été également mesurées avant et après.


La pollution routière, l'ennemie des artères


Les résultats montrent que tout comme le running, la marche enfume les poumons au lieu de les oxygéner quand l'environnement est pollué. Chez les participants en bonne santé, la marche à Hyde Park a amélioré la capacité respiratoire et la circulation sanguine jusqu'à 26 heures après l'exercice.


En revanche, ces bénéfices ont été anéantis après avoir traversé Oxford Street (la rue la plus fréquentée de Londres) : la capacité pulmonaire ne s'est que faiblement améliorée. Surtout les mesures de rigidité artérielle se sont aggravées en raison d'une "grande exposition à la suie et aux particules ultrafines des gaz d'échappement diesel", pointent les chercheurs.


"Dans les rues embouteillées, comme Oxford Street à Londres, les avantages de la marche ne l'emportent pas toujours sur les risques de pollution routière", résume le professeur Fan Chung, cité par The Independent. Loin de déconseiller la marche, l'expert recommande les populations vulnérables, personnes âgées, enfants et femmes enceintes, de privilégier les promenades dans dans les parcs et espaces verts "loin des routes achalandées".




Toutes les actualités