Les actualités de notre association

Samedi 30 Décembre 2017L'alcool, première cause d'hospitalisation en France
L'alcool, première cause d'hospitalisation en France

En 2017, plus de 580 000 séjours hospitaliers ont été induits par l'alcool auxquels s'ajoutent plus de 2 700 000 journées en psychiatrie.



Les professeurs François Paille du service d'addictologie du CHU de Nancy et Michel Reynaud, du département de psychiatrie et d'addictologie de l'hôpital Paul-Brousse à Villejuif, ont recensé tous les séjours hospitaliers, publics et privés, en lien avec la consommation d'alcool en 2017. Leur étude, publiée dans le Bulletin épidémiologique hebdomadaire, souligne que la consommation excessive d'alcool, responsable de 49 000 morts chaque année en France, reste un problème majeur


En 2017, plus de 580 000 séjours hospitaliers ont été induits par l'alcool, en augmentation de 11,3% par rapport à 2006. Ces séjours étaient dus aux diagnostics suivants :


- troubles mentaux et du comportement liés à l'utilisation d'alcool ;


- sevrage d'alcool ;


- présence d'alcool dans le sang ;


- pathologie secondaire à une intoxication alcoolique chronique (cirrhose, complication neurologique, syndrome d'alcoolisme fœtal ...)


A noter que les hospitalisations pour dépendance alcoolique sont plus nombreuses que la moyenne dans le nord, le nord-ouest et la Bretagne ainsi qu'en Champagne, Picardie, Bourgogne et Auvergne (avec un taux supérieur au double de la moyenne nationale dans le Nord, en Haute-Normandie et à la Réunion).


A ces séjours dans les services de médecine, de chirurgie ou d'obstétrique, s'ajoutent plus de 2 700 000 journées en psychiatrie. "La prise en charge de la dépendance à l'alcool elle-même, mais aussi des très nombreuses complications médicales et psychologiques de l'alcoolisation aiguë et chronique, entraîne chaque année en France de nombreuses hospitalisations. Leur coût est estimé à 3,6% de l'ensemble des dépenses hospitalières mais ce montant est probablement sous-estimé compte tenu de l'absence de codage de l'alcool lors de séjours où il a pourtant joué un rôle important comme, par exemple, à l'occasion de traumatismes ou de certains cancers" soulignent les auteurs.


En MCO (médecine, chirurgie et obstétrique), les séjours sont très majoritairement dus à des intoxications aiguës ou à des complications de l'alcool (83,9%). Les séjours pour traitement de la dépendance à l'alcool ne représentent que 16,1% de l'activité. Inversement, en psychiatrie, 68% des journées concernaient des séjours pour traitement de la dépendance à l'alcool contre seulement 32% des journées concernant des patients ayant une alcoolisation excessive, mais hospitalisés pour une comorbidité psychiatrique.


"En six ans, le nombre de séjours en médecine pour intoxication alcoolique aiguë a augmenté de plus d'un tiers, témoignant du développement en France du phénomène du binge drinking" ajoutent les auteurs.


En ce qui concerne l'âge des patients hospitalisés pour alcoolisation aiguë, il faut remarquer que, si le pourcentage de jeunes (moins de 24 ans) a été stable entre 2016 et 2017 (19,1%) tandis que celui des patients les plus âgés (plus de 55 ans) a augmenté de 3,9% (20,9% contre 24,8%). Concernant les hospitalisations pour alcoolo-dépendance, là encore, c'est chez les plus âgés que l'on constate l'augmentation la plus importante des séjours entre 2016 et 2017 avec un accroissement de 5,1%.




Toutes les actualités