Les actualités de notre association

Mardi 02 Janvier 2018Sauv Life, l'appli qui va sauver des vies

Cette appli sera lancée à Paris, Lyon et Lille en février 2018 et permettra d'intervenir plus vite auprès des victimes d'arrêt cardiaque.


 




Vous connaissez Tinder, l'appli de rencontre qui permet de géolocaliser des cœurs à prendre autour de soi ? Eh bien, Sauv Life, c'est la même idée, sauf que, là, il s'agit de sauver des vies en géolocalisant des personnes capables de pratiquer un massage cardiaque. L'idée part d'un terrible constat : en cas d'arrêt du cœur, chaque minute perdue représente 10 % de chances de survie en moins. Sachant qu'il faut en France en moyenne de 10 à 13 minutes aux secours pour intervenir, les chances de survie restent très faibles : de l'ordre de 5 % maximum.




« En gros, seuls ceux qui ont la chance d'avoir un malaise devant une caserne ou un hôpital peuvent s'en sortir. Pour augmenter ce taux de survie, il faut donc faire en sorte que les gens qui se trouvent à proximité de la victime puissent agir tout de suite en attendant l'arrivée des secours », souligne Lionel Lamhaut, médecin urgentiste à l'origine du projet de l'application Sauv Life.






 -




Le principe est assez simple : chaque personne qui a été formée aux gestes d'urgence et souhaite mettre ses connaissances au service de potentielles victimes télécharge gratuitement Sauv Life sur son smartphone. Lorsque le Samu reçoit un appel signalant un arrêt cardiaque, il déclenche les secours mais également l'application qui géolocalise et alerte les volontaires à proximité. Sauv Life guide ces volontaires vers un défibrillateur (ils seront recensés sur l'appli) et vers la victime afin qu'ils procèdent à un massage et/ou utilisent le défibrillateur avant que les secours professionnels ne soient là. « Nous pouvons diminuer sensiblement le nombre de décès. Jusqu'à un tiers des vies pourraient être ainsi sauvées », espère le créateur de Sauv Life.






 




 




Le projet a mis trois ans à aboutir. « Il a fallu convaincre, créer une démo, lever des fonds et trouver des partenaires... Tout cela prend du temps et demande beaucoup d'énergie », explique Lionel Lamhaut. Et de l'énergie, ce médecin du Samu 75 n'en manque pas. Il est notamment l'un de ceux qui ont mis en place à Paris la technique d'assistance circulatoire Ecmo (oxygénation par membrane extracorporelle) en intervention sur le terrain. Une technique qui permet de drainer le sang d'une victime d'arrêt cardiaque vers un oxygénateur avant de le réinjecter dans le corps, n'importe où, dans la rue comme sur un quai du métro.




L'appli a été validée par les sociétés savantes (le Samu - Urgences de France, Société française de médecine d'urgence et Comité français de réanimation cardio-pulmonaire). Côté partenaires privés, elle a le soutien d'Uber, qui a financé la mise au point technique, ainsi que du groupe des Galeries Lafayette.




Testé à Lille et Lyon dès janvier, le dispositif doit être vraiment lancé dans ces deux villes ainsi qu'en Ile-de-France dès février avant d'être étendu à toute la France. Sauv Life intégrera par ailleurs Dispatch, un programme de recherche sur l'amélioration de la régulation du massage cardiaque par le Samu dans dix départements. Menée par le docteur Guillaume Debaty, chef de service du Samu de Grenoble, cette étude permettra d'évaluer l'efficacité de l'appli sur le taux de vies sauvées. Un réel espoir pour les futures victimes de crise cardiaque.




Toutes les actualités