Les actualités de notre association

Jeudi 25 Janvier 2018L'athérosclérose : la moitié des quadras touchés
L'athérosclérose : la moitié des quadras touchés

50% des individus d'âge moyen sans maladies cardiovasculaires ont des plaques d'athérome, un facteur de risque d' infarctus ou un accident vasculaire cérébral.



La moitié des 40-54 ans en bonne santé et sans risque de maladies cardiovasculaires ont de l'athérosclérose, selon les résultats d'une étude publiée dans la revue médicale Journal of the American College of Cardiology. Une réduction du taux de mauvais cholestérol doit être mise en place en prévention.


Les chercheurs du Centro Nacional de Investigaciones Cardiovasculares Carlos III (CNIC) à Madrid en Espagne ont mené une étude avec 1 800 hommes et femmes à l'aide d'IRM ou d'ultrasons pour observer l'intérieur des artères. Ces recherches ont été suivies depuis 2010.



"Après avoir pris en compte l'âge et le sexe des sujets de l'étude, le mauvais cholestérol, même à des taux considérés normaux, apparaît comme le principal facteur lié à la présence de plaques d'athérome dans les artères", explique Dr Leticia Fernandez-Friera du Centro Nacional de Investigaciones Cardiovasculares Carlos III (CNIC) à Madrid, principale auteure. "Nous devons de ce fait définir de nouveaux marqueurs d'athérosclérose à des stades précoces chez des personnes apparemment en bonne santé", estime la chercheuse.


Diminuer le taux de mauvais cholestérol


Pour les auteurs de l'étude, la solution pour réduire ce risque l'athérosclérose est de diminuer le taux de référence du cholestérol LDL même chez les individus à très faible risque cardiovasculaire. « Un taux de mauvais cholestérol dépassant 160 milligrammes par décilitre de sang est considéré élevé. Des taux entre 130 mg/dL et 159 mg/dL flirtent eux avec la limite », expliquent-il.


« Le plus souvent, l'athérosclérose est détectée à un stade avancé après un infarctus ou un AVC et affecte généralement des personnes âgées. Les maladies cardiovasculaires sont la principale cause de mortalité dans le monde, ce qui fait que la mise en oeuvre de stratégies efficaces de prévention est une priorité de santé publique », concluent ces chercheurs.




Toutes les actualités