Les actualités de notre association

Jeudi 03 Mai 2018Est-il possible d’avoir le cœur à droite ?
Est-il possible d’avoir le cœur à droite ?

Évidemment, dans le cas où l’on vous demande de quel côté se trouve votre cœur, votre main se placera en haut à gauche de votre poitrine. Cependant, il existe bel et bien des personnes chez qui le cœur se trouve à droite et cela porte un nom : la dextrocardie.




 

 

 


Nous avons tendance à dire que la nature est bien faite mais force est de constater que celle-ci est souvent étrange. Avoir le muscle cardiaque à droite est tout à fait possible mais l’occurrence d’une telle caractéristique est de moins d’une sur 10 000. Nous parlerons donc ici de situs inversus, une maladie caractérisée par un placement inversé (effet miroir) des organes thoraciques et/ou abdominaux.


 

Concernant le cœur, un placement sur la droite de la cavité thoracique porte le nom de dextrocardie, une anomalie décrite pour la première fois en 1643 par le médecin italien Marco Aurelio Severino. Évoquons tout de même que le situs inversus n’a été décrit qu’un siècle plus tard !


En cause, des mutations génétiques affectant entre autres le gène matrix metallopeptidase 21 (MMP21), selon des recherches menées en 2015 sur des souris. Par ailleurs, d’autres recherches ont permis d’inverser expérimentalement le sens du courant liquidien chez des jeunes embryons de souris. Généré par des cils vibratiles, ce courant est destiné à informer les cellules sur leur position. Ainsi, les chercheurs sont parvenus a faire naître des souris atteintes de situs inversus.


Si, dans la plupart des cas, les personnes atteintes de situs inversus ne risquent rien, ce genre de maladie peut être directement mise en lien avec d’autres anomalies comme les déficiences cardiaques. Par ailleurs, un tel placement du cœur peut être un réel problème en cas de transplantation. En revanche, si le situs inversus est partiel, c’est-à-dire si les organes se trouvent du côté opposé mais que le cœur reste à gauche (ou inversement), des anomalies de fonctionnement se produisent dans plus de 9 cas sur 10



Toutes les actualités