Les actualités de notre association

Dimanche 03 Juin 2018Dès une cigarette par jour, le cœur et les artères sont en danger
Dès une cigarette par jour, le cœur et les artères sont en danger

A l’occasion de la journée mondiale sans tabac 2018, dédiée au risque cardiovasculaire du tabagisme, la Fédération française de cardiologie alerte sur les méfaits du tabac pour les artères et le cœur, et ce même chez les fumeurs qui se pensent « épargnés » puisqu'ils ne sont pas de grands consommateurs.


Avec 200 morts chaque jour en France, le tabac représente la première cause de mortalité évitable en France, et ce même si l'on se considère comme un « petit fumeur ». Tel est le message que souhaite faire passer la Fédération française de cardiologie à l'occasion de la Journée mondiale sans tabac (31 mai). L'édition 2018 sera axée sur l'impact du tabac sur la santé cardiovasculaire des populations dans le monde entier et les chiffres  le prouvent : même les « petits » fumeurs augmentent significativement leur risque d’accident cardiovasculaire avec un risque 48% plus élevé chez les hommes et 57% plus élevé chez les femmes dès la première cigarette quotidienne, par rapport à un non-fumeur.


Cardiopathies coronariennes, accidents vasculaires cérébraux et de maladies vasculaires périphériques... les fumeurs intermittents ou occasionnels sont aussi concernés, car il n’y a pas de seuil de consommation de tabac au-dessous duquel fumer soit sans risque pour la santé cardiovasculaire. « Pour se protéger des méfaits du tabac, la réduction de la consommation n’est pas suffisante, il faut cesser toute exposition. Le tabac fumé, quel que soit son mode de consommation (cigare, cigarillos, narguilé/chicha, pipe) présente un risque pour la santé », explique le Pr Daniel Thomas, président d’honneur de la Fédération française de cardiologie et vice-président de l’Alliance contre le tabac.


Des risques à court et long terme


Or, l'Organisation mondiale de la santé note qu'une grande partie du public a encore une faible connaissance du fait que le tabac est l'une des principales causes de maladie cardiovasculaire. « La consommation de tabac ainsi que l'exposition au tabagisme passif contribuent à raison d'environ 12% de tous les décès dus à une cardiopathie », fait savoir, ce qui fait du tabagisme la deuxième cause principale de maladie cardiovasculaire après l'hypertension artérielle. Les dangers du tabac pour le cœur et les artères sont multiples, même à court terme : le tabac favorise la survenue de spasmes des artères (rétrécissement brutal), la formation de caillots et l’apparition de troubles du rythme cardiaque.


A plus long terme, le tabac abîme progressivement les artères, et ce de façon d’autant importante si d’autres facteurs de risque sont présents. Sans oublier que le monoxyde de carbone qui résulte de la combustion de la cigarette prive le cœur d’une partie de l’oxygène qui lui est indispensable, et contribue à « l’asphyxier ». Pourquoi les « petits » ou jeunes fumeurs sont aussi concernés ? « La survenue de spasmes et de caillots dépend de mécanismes très sensibles qui peuvent se déclencher même pour une faible exposition au tabac, et sans signe avant-coureur. Cela explique également la précocité possible des accidents cardiovasculaires liés au tabagisme », précise le Pr Daniel Thomas.


Des bénéfices importants après 15 jours d'arrêt


Cette campagne est également l'occasion de rappeler que les femmes sont d'autant plus à risque car la consommation de tabac couplée à une contraception œstro-progestative est un facteur de risque majeur d’accident cardiovasculaire. Réduire sa consommation ne suffit donc pas, le but étant un arrêt total et définitif le plus précocement possible. Plus l’arrêt a lieu tôt, meilleures sont les chances de retrouver des artères en bonne santé. « Les effets de l’arrêt sont immédiats et optimaux chez les jeunes de moins de 30 ans, même après un AVC : en 15 jours seulement, le risque de thrombose disparaît et ils récupèrent l’intégralité de leur capital cardiovasculaire », souligne la FFC.


Parmi les solutions d'aide au sevrage, les substituts nicotiniques dont les gommes à mâcher et patchs désormais remboursés par l'Assurance maladie selon une annonce du ministère de la Santé. Le gouvernement a également mis en place une hausse progressive du prix du paquet de cigarettes et tabac, et depuis deux ans les fumeurs (13 millions en France) peuvent participer au Moi(s) Sans Tabac, une opération qui incite de manière positive à arrêter le tabac pendant 30 jours en novembre. Selon les derniers chiffres de Santé Publique France, la prévalence nationale du tabagisme quotidien passe de 29,4% en 2016 à 26,9% en 2017, ce qui représente un million de fumeurs de moins en un an.



Toutes les actualités