Les actualités de notre association

Mercredi 13 Juin 2018Apprendre à soigner les coeurs pour sauver des vies
Apprendre à soigner les coeurs pour sauver des vies

Pour sauver une victime d'infarctus ou de crise cardiaque, il est essentiel de lui prodiguer sans tarder un massage de réanimation, et, si possible, une défibrillation. Voici quelques conseils pour lutter contre le fléau des crises cardiaques, deuxième cause de mortalité en France.


Les professionnels de santé sont formels. Pour prévenir les risques d'incidents cardiovasculaires, il est important de faire mesurer régulièrement son cholestérol et sa tension – une hypertension artérielle multiplie par deux les risques d'infarctus du myocarde. Et pour protéger le coeur et ses vaisseaux, il est aussi essentiel de soigner son hygiène de vie, en évitant les excès de sel ou de graisses saturées, en consommant a minima cinq fruits et légumes par jour, en s'astreignant à effectuer au moins trente minutes d'activité physique quotidiennement, et éventuellement en arrêtant de fumer. L'idéal est en outre de bien dormir et de se décontracter, tout en protégeant son système immunitaire avec un antibiotique naturel comme l’


Défibrillation cardiaque


En cas de malaise cardiaque, l'inaction des proches est la pire des réactions : chaque minute sans intervention diminue les chances de survie de 10%. Après avoir appelé le 15 (ou le 112, en Europe), il est donc conseillé de procéder sans tarder à un massage cardiaque, ou idéalement à une défibrillation à l'aide de l'un des défibrillateurs désormais disponibles dans les entreprises ou les espaces publics. La mairie de Paris s'est par exemple engagée, en 2017, à déployer 1 000 défibrillateurs à proximité des pharmacies, et celle de Lyon en a déjà installé dans la plupart des mairies d’arrondissements, piscines, patinoires, établissements culturels et sportifs, postes de police et parcs...


Les chiffres prouvent que l'utilisation d'un défibrillateur automatique permet de sauver les victimes d’arrêts cardio-respiratoires dans 90% des cas.


Déclenchement automatique des chocs


Bonne nouvelle : l'utilisation de ces défibrillateurs automatisés externes (DAE) n'est plus réservée aux seuls médecins et secouristes, grâce à un décret du 4 mai 2017. Ils peuvent aussi être utilisés par tout un chacun, sans formation, en cas d'urgence. Les DAE, dont les premiers modèles ont été commercialisés en 1994, sont en effet faciles d'utilisation. Il suffit de mettre en fonctionnement le matériel et de suivre les instructions. Le défibrillateur analyse la situation de la victime, détecte son rythme cardiaque et prend lui-même (en moins de 10 secondes) la responsabilité d'administrer ou pas un choc de défibrillation ventriculaire. Les données recueillies (analyse de l’activité électrique du myocarde) vont lui permettre de décider s'il faut occasionner un ou plusieurs chocs électriques pour relancer le fonctionnement du coeur. Elles vont aussi l'aider à jauger l'intensité des chocs transthoraciques qui seront utiles pour restaurer l'activité cardiaque.


argent colloïdal.Que se passe-t-il en cas de panne ? Rassurez-vous. Les risques de se retrouver confronté à un défibrillateur défaillant ont été considérablement réduits durant ces dernières années. Les nouveaux DAE embarquent par défaut des systèmes de maintenance automatisés, qui testent quotidiennement l'état de la batterie et le bon fonctionnement du matériel et des capteurs (par exemple pour la détection de pacemakers). En cas d'anomalie, un signal s'allume et un message vocal est automatiquement expédié vers le responsable du DAE.



Toutes les actualités