Les actualités de notre association

Vendredi 15 Juin 2018Le dabigatran réduit le risque de complications après un AVC ou infarctus
Le dabigatran réduit le risque de complications après un AVC ou infarctus

Le dabigatran prescrit deux fois par jour permettrait de réduire le risque de décéder d'une récidive d'AVC ou d'infarctus.



Les malades touchés par des lésions cardiaques dues à la chirurgie non cardiaque majeure (MINS) affichaient moins de risque de décéder s'ils prenaient du dabigatran deux fois par jour, selon les résultats d'une étude publiée dans la revue médicale The Lancet.Les chercheurs l'Université McMaster, Hamilton (Ontario) au Canada ont mené leur étude avec 1 754 patients de 19 pays différents. 51 % d'entre eux étaient des hommes, âgés en moyenne de 70 ans.


Une précédente étude avait révélé que les malades atteints de lésions cardiaques survenues après une chirurgie non cardiaque majeure (MINS) étaient 2 % moins à risque de décéder s'ils prenaient du dabigatran deux fois par jour. Ce constat était identique pour la crise cardiaque, l'AVC, le développement de caillots sanguins ou l'amputation en raison d'une maladie cardiovasculaire.


Cette nouvelle étude de 16 mois a permis de mettre en avant que les malades soignées avec du dabigatran avaient 28 % moins de risque d'effets secondaires graves.


Le dabigatran efficace pour réduire les risques de récidives


Comparés aux volontaires ayant reçu un placebo, les malades soignés avec le dabigatran étaient 20 % moins susceptibles de mourir d'une raison cardiovasculaire, d'avoir une crise cardiaque (20 %), 30 % de risque en moins d'être amputés et 53 % moins susceptibles de développer un caillot sanguin veineux. Les résultats affichent jusqu'à 80 % concernant l'AVC non hémorragique.


"Pour la première fois, notre équipe a démontré que le dabigatran réduit le risque de complications cardiovasculaires majeures chez les patients souffrant de MINS", a expliqué P.J. Devereaux, auteur principal de l'étude et professeur au Département de recherche en santé de l'Université McMaster, Hamilton (Ontario) au Canada.


Un risque accru de saignement a cependant été observé dans le groupe des participants soignés avec l'anticoagulant. "Chez les patients présentant des NIMS, le dabigatran à 110 mg deux fois par jour réduit le risque de complications vasculaires majeures, sans augmentation significative des saignements majeurs", conclut l'équipe de chercheurs.


 




Toutes les actualités