Les actualités de notre association

Jeudi 13 Mars 2014Pollution de l'air : personne cardiaque = personne à risque
Pollution de l'air : personne cardiaque = personne à risqueDepuis quelques jours, plusieurs régions de France font face à des niveaux élevés de particules fines dans l'air. Un épisode de pollution qui a poussé l'agence Airparif a déclenché le seuil d'alerte maximum en Ile-de-France. Comment se protéger efficacement de cette pollution de l'air ? Explications.

Le beau temps est revenu sur l'Hexagone pour la plus grande joie des Français qui se sont précipités dans les espaces verts ce week-end. Mais cette météo clémente n'est pas sans conséquence. Depuis vendredi 7 mars, plusieurs régions dont l'Ile-de-France font face à un épisode de pollution aux particules fines. Les concentrations de PM10 (particule dont le diamètre est inférieur à 10 micromètres) dépassaient depuis quelques jours les 50 microgrammes de particules par mètre cube d'air, qui correspond au niveau d'information. Mardi, elles ont toutefois franchi la barre des 80 microgrammes par m3, nécessitant le déclenchement du seuil d'alerte maximum notamment en Ile-de-France. La pollution aux particules fines est fréquente en hiver, mais elle présente un risque pour la santé en particulier chez les personnes sensibles, enfant, femme enceinte, personne âgée et toute personne souffrant déjà de problèmes respiratoires tels que l'asthme. Les personnes cardiaques ou allergiques y sont également plus sensibles. Certaines mesures peuvent néanmoins être prises pour se protéger de la pollution. Comment se protéger ? Lorsque les concentrations de particules fines sont élevées, les personnes sensibles doivent éviter de sortir aux heures les plus chaudes. Pour autant, il n'est pas nécessaire de rester confiné chez soi. D'ailleurs, malgré le pic de pollution, il est conseillé de continuer à aérer régulièrement son logement, de préférence aux heures "creuses", c'est-à-dire tôt le matin et tard le soir. Lorsqu'on sort, il est inutile de porter un masque ou un foulard car les particules sont trop petites pour que ces derniers puissent les filtrer. Même avec un masque, elles atteignent donc les voies respiratoires. "C'est souvent plus une gêne qu'une aide", assure Arthur Depas d'AirParif, interrogée par FranceTV info. En revanche, il est fortement conseillé d'éviter les lieux les plus fréquentés où la pollution risque d'être plus importante. Les piétons doivent ainsi éviter la proximité des routes très fréquentées et le coeur des grosses agglomérations. Pour les parents qui promènent leurs enfants en poussette, il est impératif de les éloigner le plus possible des pots d'échappement des voitures et donc des trottoirs. Quelles sont les activités à proscrire ? En cas de pic de pollution, le sport en plein air (jogging, marche, vélo) est déconseillé. En effet, les efforts soutenus ont pour effet d'augmenter l'air inspiré, ce qui accroit d'autant plus l'exposition aux particules. Au repos, un adulte inspire et expire environ 6 à 10 litres d'air par minute. Lors d'un effort, ce volume monte jusqu'à 200 litres, précise FranceTV info. Pour les personnes qui tiennent à faire leur séance de sport, mieux vaut y aller durant les heures les moins chaudes de la journée, tôt le matin ou tard le soir. Evidemment, il est également conseillé d'éviter les aires proches d'axes routiers et de privilégier les espaces verts comme les parcs. En outre, il est déconseillé de se livrer à des travaux domestiques tels que de la peinture. "Car la peinture et les solvants vont aggraver les réactions du corps face à la pollution", en irritant les voies respiratoires, explique Pierrick Hordé, allergologue, interrogé par 20minutes.fr. Le tabagisme est également un facteur aggravant en cas de pollution. Est-il possible de prendre sa voiture ? Les particules fines proviennent de plusieurs sources parmi lesquelles figurent le trafic routier et les gaz d'échappement. En cas de pollution, il est donc conseillé de limiter l'usage des voitures, notamment pour des petits trajets de moins de deux kilomètres. Contrairement aux idées reçues, l'habitacle d'une voiture ne permet pas de protéger de la pollution. Dans son véhicule, une personne respire même deux fois plus de particules qu'un piéton. Mieux vaut donc privilégier la marche à pied ou les transports en commun. Si vous êtes contraint d'utiliser votre voiture, ne roulez pas la fenêtre ouverte. De même, il est conseillé de réduire sa vitesse et de limiter les freinages et accélérations brusques qui augmentent les émissions de polluants.Ne pas laisser son moteur tourner à l'arrêt est également important. Enfin, il est important de suivre les bulletins d'information des organismes de surveillance de l'air pour connaitre l'évolution de la situation

Toutes les actualités